07/03/2007

Séduire à l'ancienne

Les bonnes manières se perdent, paraissent anachroniques. Etre prévenant semble devenu un snobisme, une affectation, voire une psychopathologie. Croyez-vous que les femmes ont renoncé aux gentlemen ? Pas du tout.
 
Un handicap à votre service
Vous trouvez que la concurrence ne manque pas pour séduire les filles qui vous plaisent : belles gueules et bon profils socioprofessionnels se bousculent au portillon. Dans un tel marché de luxe,vous avez le sentiment de faire parfois figure de pouilleux, d’avoir seulement le droit de partager les restes.
Certes, votre virilité, votre assurance, votre confiance en vous resterons vos meilleurs atouts ; mais bien évidemment, tout cela se construit. Plus vous inspirerez confiance aux femmes, plus elles apprécieront votre compagnie, et plus vous vous sentirez viril et sûr de vous.
Or, dans ce monde mouvant et spectaculaire, beaucoup d’hommes plaisent et attirent, mais peu inspirent une confiance suffisante, dans la durée.
 
A l’ancienne, mais en forme
Là, vous entrez en scène. Vous avez plutôt tendance à vouvoyer ; vous portez des costumes de bonne coupe, ou qui le paraissent. Vous êtes toujours poli, prévenant, d’humeur égale. Presque tout vous convient quand vous êtes avec elle – presque seulement, car parfois il vous faudra montrer un léger désaccord, pour ne pas paraître trop suiveur.
C’est le problème général d’une séduction surannée, ni monsieur propre gros chéquier beaux muscles, ni looser artiste attendrissant, bref un homme comme on n’en fait plus. Rassurez vous, votre public est bien plus nombreux que vous ne le croyez, mais il ne s’avoue pas. Cas les attitudes trop prévenantes envers les femmes la feront s’interroger sur votre homosexualité réelle ou latente.
 
Pas de panique !
Et surtout, ne changez pas les règles du jeu. Si elle a trouvé votre personnage un peu trop lisse, ce n’est pas si grave ; il vous faudra juste montrer un peu plus de désaccord, sur des poins mineurs, ou prétexter un peu plus d’indisponibilité, pour montrer que vous n’êtes pas à sa botte.
Mais devenir brutal, irrégulier, changeant d’humeur, macho ou tout ce qui pourrait altérer votre sérieux et votre inaltérable fiabilité, voilà qui ruinerait votre image et vous ravalerait au rang des autres séducteurs, en pire, car masqué. Donc, maintenez votre personnage, même si vous la voyez flirter et vous défier ouvertement avec des bellâtres trop sûrs d’eux-mêmes. Ils ne tiendront pas la distance, tandis que vous, vous maîtrisez le temps.
 
Justement, et le temps ?
Cher professeur, me dites-vous, tout cela est bien gentil, mais risque de pousser vos élèves à passer pour des amoureux transis et platoniques (ou pires), leur faire perdre un maximum de temps (et d’argent) pour un résultat zéro.
Pas du tout. Le premier investissement en temps est long, je vous l’accorde, mais il faut du temps pour convaincre des belles de votre solidité, de votre fiabilité dans le temps. C’est logique. Il faut beaucoup de temps aussi pour trouver la femme de sa vie, surtout si on sort avec toutes celles qui passent.
Il faudra aussi avoir les nerfs solides pour les cas où on vous préfèrera d’autres profils et parfois juste devant votre nez, nous sommes d’accord. Mais dès qu’une ou deux commenceront à vous apprécier vraiment, et à vous envisager (et vous en avez cinq ou six en alternance à vos côtés), des réactions chimiques croisées s‘opèreront, et votre cote en bourse risque de monter sérieusement.
Essayez !

09:54 Écrit par Premierefois dans Séduction - Relationnel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.