22/03/2007

La concurrence sexuelle

Vous connaissez de nombreuses formes de concurrence : argent, honneur, pouvoir, territoire, force physique, position sociale, renommée, exploits... jusqu'à un certain degré, cela peut être motivant. Mais il en existe une forme qui ne crée que des perdants : la concurrence sexuelle.

Peter a une jolie femme : et alors ? Fait-il mieux l'amour que vous ? A-t-il plus de plaisir ? Est-il plus heureux ? Rien ne le prouve, si ce n'est les fantasmes de votre imagination qui en veut toujours plus. Personne ne sait ce qui se passe dans leur chambre. Le plus étrange, c'est que tout nous parait toujours plus beau et plus merveilleux chez les autres. Quelles sont les raisons qui nous poussent à toujours imaginer que la moquette est plus verte chez les autres ?

 

Des médias hyper-voyeurs
Beaucoup pensent qu'ils répriment leur sexualité tandis que les autres en profitent d'une façon beaucoup plus active et gratifiante. Les mensonges des uns, les rabâchages des média achèvent de nous en convaincre. Dans le monde des média, les partenaires abondent, ils sont jeunes, beaux, attirants, à l'aise, nantis, et donnent l'impression qu'ils n'ont que ça à faire dans leur vie.

La caméra, qui entre dans leur intimité, est là pour nous le prouver, que nous sommes perdants au grand jeu de l'amour et de la sexualité. C'est toujours mieux chez les autres, voilà de quoi les médias tentent de nous persuader en permanence. C'est une course sans fin, que nous voyons très liée avec la vente de tous les produits qui devraient nous aider à leur ressembler.

 

 

La sexualité, le tribal et le social
On peut s'étonner à bon droit qu'une activité aussi intime donne lieu à un déballage de concurrence exacerbée sur la place publique. Au temps tribal, cette forme de concurrence s'appliquaient au nombre d'enfants produit ; l'objectif en était la fécondité et a survie de la tribu. Sommes-nous donc encore si primitifs ?

Une première explication peut être trouvée dans la revanche du moins nanti : le riche a peut-être plus de facilité à capter des proies, mais il n'en sera pas pour autant plus performant au lit. La sexualité, agent de nivelage social ? Regardez autour de vous : des riches avec des conjoints physiquement quelconques, des gens comme tout le monde avec des partenaires très attirants. Vous voyez bien que ce n'est pas là où ça se situe, il y a bien des choses qui entrent dans l'alchimie d'un homme et d'une femme.

 

Ne pas passer à côté de l'essentiel
Mais à force de penser que tout le monde fait mieux l'amour en dehors de votre chambre, et d'être obsédé par les performances des autres, ne craignez-vous pas de passer à côté de l'essentiel, c'est-à-dire de vous occuper du mieux que vous pouvez de votre partenaire et de votre relation à vous ?

En vivant dans le rêve et dans le fantasme de ce que les autres font, la personne à côté de vous risque de vous paraître de moins en moins réelle. Vous allez vous sentir de plus en plus déçu que ce corps ne ressemble pas à ce que vous voyez sur les écrans, et vous allez perdre le contact avec votre sensualité propre. Et l'apathie sexuelle vous guette. Mais vous savez réagir.

 

 

L'amour est bon chez vous
Il est temps de réagir ! C'est chez vous que les câlins sont les meilleurs, car ils sont avec vous et par vos soins attentifs et subtils. Chez vous, pas de représentation ni de caméra mais juste du vrai désir et un plaisir naturel, enjoué, et pourquoi pas brillant...

Car vous ne vous laissez pas faire. Vous savez que ce qu'on vous montre n'est que du cinéma, destiné à vous créer toujours plus de désir. Et générerle désir, chez moi, avec votre tendre moitité, vous savez faire. Des dessous charmants, des petis dînrs, des promenades romantiques, des sauteries impromptues n'importe où, come vous voulez et quand vous voulez, voilà l'érotisme, le vrai. A tel point que vous aussi, lorsque qu'on vous voit en couple, vous percevez quelques lueurs d'envie dans le regard des autres. Et pourtant, vous êtes amoureux, c'est tout, et vous ne craignez pas d'embrasser votre douce et tendre en public, si vous en avez envie.

10:11 Écrit par Premierefois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.