22/03/2007

Le grand frisson

Paris, Champs-Elysées, température extérieure : 5 ° C. Antonio et Martine marchent côte à côte sur la célèbre avenue, les visages vers le sol, les mains dans les poches, l'air contrit… bref, pétrifié par le froid.
New York, 5th Avenue, température extérieure : 0 ° C. Eva et Karl avancent main dans la main, souriants et enthousiastes, prêts pour une longue balade.
Comment expliquer que deux couples, du même âge aient des réactions diamétralement opposées au froid ? Et, vous, comment réagissez-vous à l'hiver ?
A travers l'exemple de ces deux couples, vous apprendrez à faire du froid un allié pour des moments complices avec votre partenaire ou à affronter plus joyeusement les hivers du monde.

 

Deux couples très différents
Martine et Antonio ne se touchent pas. Toutes les cinq minutes, ils entrent dans une boutique, juste pour se réchauffer. Une fois à l'extérieur, Marie dit qu'elle a froid et Antonio répond : " Moi aussi !". L'atmosphère est plutôt glaciale.
Pour Karl, toutes les occasions sont bonnes pour taquiner son amie : " Viens là, mon petit nounours que je te réchauffe!" Il l'attire à lui et l'enlace de ses bras. Eva sourit et tendrement, pose ses doigts sur le visage de son compagnon : " Tes joues sont toutes froides " D'un mouvement délicat, elle asticote son visage pour lui donner toute la chaleur emmagasinée par ses mains et frotte en particulier deux points d'acupuncture situés derrière les oreilles.

 

Nos deux couples décident de rentrer
Exaspéré, Antonio propose à son amie de repartir à la maison. Martine n'a pas de mal à accepter mais se sent frustrée. " On est pas allé sous l'Arc de Triomphe " lui fait-elle remarquer. " Tu te fiches de moi ou quoi. Depuis tout à l'heure, tu te plains qu'il fait froid. On prend la voiture et on rentre ". Antonio est très en colère. Il regrette ce qu'il a dit mais la conscience du froid l'empêche de penser correctement.
Entre Karl et Eva, l'amour est palpable et ce n'est pas le froid qui les gênera. Ils savent que le froid est surtout dans la tête. Alors ils n'y pensent car, pour l'heure, une autre idée leur trotte dans la tête.

 

Avoir froid ou être chaud : il faut choisir !
Antonio et Martine rentrent dans leur appartement parisien, à République. Eva se précipite sur le radiateur électrique de la cuisine et tente de se réchauffer au plus vite. Antonio enfile un gilet et se love dans son canapé face à la télé.
Pour Eva et Karl, la soirée s'annonce différemment. Avant d'arriver dans leur appartement sur Lexington Avenue, Eva se met à poursuivre son ami en imaginant qu'elle est une ourse des neiges. Karl le sait. Il doit lui échapper mais vite rattrapé, il est obligé de capituler. L'ourse blanche ne fait qu'une bouchée de son nez gelé. Sentir la bouche et la langue de son ami chaudes et humides provoque en lui une forte excitation. Leur folle course sur l'Avenue leur a donné des bouffées de chaleur. Exit le froid glacial. S'il ne se souciait pas du regard des autres, Antonio dénuderait sur place son amie. Il susurre à l'oreille d'Eva : " J'ai envie de toi, là, tout de suite… " " Moi aussi " répond-elle. Le message est passé. En une fraction de seconde, ils ont le même fantasme : faire l'amour sur le toit de leur immeuble. Ils échangent un regard complice et montent jusqu'au dernier étage.

 

Fantaisies érotiques

Le vent souffle. Quelques flocons de neige commencent à tomber lorsque Karl et Eva arrivent sur le toit. Une vue grandiose s'offre à eux : New York, ses immenses buildings, la folie de la ville, les sirènes assourdissantes. Karl referme une porte derrière lui. Sans attendre, il se colle, brutal, à son amie. Il sent sous sa poitrine les seins rigides et brûlants d'Eva. Il les presse contre ses paumes. Lentement, Eva descend le long du corps de Karl. A genoux, devant lui, elle effleure de ses lèvres les cuisses de son ami. Karl la laisse déboutonner son pantalon. Levant les yeux au ciel, Karl laisse échapper des volutes de buée. Eva et lui s'apprêtent à vivre un grand frisson.

15:47 Écrit par Premierefois dans Séduction - Relationnel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.