24/03/2007

Liberté, égalité, sexualité

Après de nombreux combats, les femmes sont parvenues à une quasi-égalité avec les hommes. Ce qui est vrai dans le domaine du travail l'est également dans le domaine privé. Aujourd'hui, elles conduisent de grosses berlines, s'offrent de beaux coupés... Elles symbolisent ainsi leur pouvoir. Pouvoir d'achat et pouvoir sexuel.

Une habitude à prendre
Pour apprendre vite il suffit d'un bon modèle. C'est ainsi que les hommes ont facilement appris aux femmes à changer de comportement. Lassées de subir des ébats insatisfaisants, elles sont devenues actives et veulent de l'amour concret. Longtemps dans l'obligation d'attendre de ces messieurs des initiatives en tout genre, aujourd'hui, chaque femme peut prendre les devants sans devoir subir les quolibets de la gente masculine (à peine...).

Foin de galanterie et de tendresse, fini la drague grossière et les œillades d'une autre époque, Mesdames font dans le direct. Elles savent ce qu'elles veulent et le font savoir. Adieu les obligations, vive l'action. Nouvelle redistribution des cartes sur un terrain désormais miné pour les hommes.

 

Je veux du plaisir
Longtemps prônée, la sexualité partagée et épanouie, fut pour beaucoup de femmes un leurre. Chacun vivait son plaisir tant bien que mal, de son coté, souvent la femme n'éprouvant pas ou très rarement d'orgasme : rappelez-vous la chanson de Brassens " 95 fois sur 100 la femme s'emmerde en baisant "...

Fini cette triste époque, les femmes veulent des relations fortes, du plaisir à tout va. Comme dans le domaine économique il y a des marqueurs de satisfaction. Pas un homme n'y échappe. Un partenaire qui ne vous convient pas, au suivant, pas d'atermoiements, on veut des performances. Le type sympa qui n'est pas très chaud, deviendra "un ami de longue date" en chassant le coup du siècle. La sexualité n'est pas un domaine réservé aux hommes, il est le terrain de prédilection des femmes.

 

Tout s'apprend
Bien sûr, une succession d'amants n'est pas la garantie d'une formidable capacité sexuelle, alors les discussions coquines sont de règle, les échanges nombreux entre amies. Certains films nous parlent du plaisir pour ce qu'il est. " Intimacy " nous décrivait une relation fondée sur le silence et le plaisir physique d'une femme. Et rien que cela. Un plaisir dont elle ne voulait plus se défaire, une habitude prise en quelques jours.

Les femmes ont soif de savoir, alors elles apprennent. Livres, guides sur le plaisir, séance d'apprentissage (comme aux États-Unis), ... Accessoires performants et évocateurs font un malheur. Connaître les positions qui procurent un plaisir maximum, satisfaire ses fantasmes les plus fous, ne sont plus des domaines tabous. Les soirées libertines, voire dans des lieux échangistes, font fureur actuellement auprès d'une part de plus en plus grande de la gente féminine. Ce qui déboussole bien des hommes. "Je m'assume donc je suis" sera peut être le nouveau credo sexuel.

 

Instrumentalisation ou pas ?
Fortes et volontaires, les femmes prennent en main leur sexualité et leur plaisir. Évidement, ce n'est qu'un premier pas. Par réaction, par provocation, elles peuvent aussi adopter une attitude miroir de celles des hommes d'avant, justement celles qu'elles rejetaient, ce qui ne représente, au-delà de la catharsis libératrice, qu'un simple échange du regard d'une personne sur une autre perçue comme un objet.

Pour que le plaisir puisse vraiment exister, il reste à établir une véritable communion des sens, un véritable partage. Le rôle d'initiatrice des femmes, un rôle de "maîtresse" enfin assumé, peut permettre d'ouvrir un vaste champ nouveau d'investigations érotiques, du corps de l'autre et des positions (sans dessus-dessous...). Il ne s'agit donc pas de viser au renversement de pouvoir, ou de la rencontre brute de deux prédateurs, mais de la possibilité d'établir un nouveau dialogue fondé sur la découverte de l'autre et l'échange. Ce qui ramène au point d'où tout aurait dû commencer depuis longtemps...

17:53 Écrit par Premierefois dans Hors sujets principaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.