05/11/2007

Idées reçues

S'il y a bien un domaine où les idées reçues ne manquent pas, c'est bien celui de la sexualité. Mais il n'est jamais trop tard pour s'instruire...

Un homme ne simule jamais
Un homme peut parfaitement simuler une éjaculation et un orgasme : un va-et-vient un peu plus rapide, quelques petites contractions, deux ou trois gémissements et le tour est joué. Madame n'y voit souvent que du feu. Seule l'absence d'éjaculation peut éventuellement trahir Monsieur, sauf s'il porte un préservatif. La plupart des femmes avouent de toute façon ne pas sentir l'éjaculation de leur partenaire à l'intérieur de leur vagin. D'après une étude sur le comportement sexuel des Français, plus de la moitié des hommes avouent ne pas atteindre l'orgasme à chaque rapport sexuel. Ce qui ne veut pas dire que tous font semblant d'y arriver. Pourquoi les hommes simulent-ils ? À peu près pour les mêmes raisons que les femmes : pour faire plaisir à leur partenaire, pour se stimuler, pour ne pas avouer leur manque de désir.

La première fois, ça fait mal
Une vieille idée reçue qui date certainement d'un temps où les unions étaient arrangées et où les amants arrivaient devant le curé aussi vierges de corps que d'esprit. Les choses ont tout de même un peu changé. L'amour doit en tout cas être agréable et pas pénible. Et donc non, la première fois, ça ne fait pas nécessairement mal. L'absence ou non de douleur dépend de facteurs physiques ou psychologiques : un hymen très résistant, le stress de la première fois, l'absence de préliminaires ou d'envie de faire l'amour, la douceur du partenaire.

Trois fois par semaine
Trois repas par jour, huit heures de sommeil les chiffres magiques auxquels nous sommes censés nous conformer ne manquent pas. Et c'est vrai aussi en matière de sexe. Pour être « normal », il faudrait s'envoyer en l'air trois fois par semaine. Vous le faites moins ? Vous êtes frigide ou mou du sexe. Vous le faites plus ? Vous voilà irrémédiablement classé dans la catégorie des chauds lapins ou des nymphomanes. Mais d'où vient ce chiffre ? D'une moyenne annuelle, et mondiale qui plus est, basée sur des déclarations individuelles. Rien ne prouve que les gens aient tous dit la vérité, c'est même probablement le contraire. Pourquoi réduire cette fréquence à une durée hebdomadaire alors qu'on sait bien qu'on fait plus l'amour à certains moments qu'à d'autres ? Cette moyenne varie d'ailleurs de 137 rapports annuels (France) à 46 (Japon). Bref, une fois par jour, une fois par mois, une fois par an, jamais qu'importe, ce qui compte, c'est d'être satisfait du rythme et de la manière dont ça se déroule.

Vingt minutes de préliminaires
Encore un chiffre magique. Pourquoi vingt ? Pourquoi pas quinze minutes quarante-cinq secondes et deux dixièmes ? Encore une moyenne ? Ce n'est même pas sûr. Ce qui est certain, c'est que la durée convenable pour de bons préliminaires varie de quelques secondes à plusieurs minutes, voire plusieurs dizaines de minutes, selon les partenaires, les circonstances et l'envie du moment. Il n'y a donc absolument pas de règle. Mais il y a bien un mot magique : encore !

Point G = orgasme assuré
Rien n'est moins sûr. L'existence du fameux point G fait d'ailleurs l'objet d'âpres débats parmi les sexologues. 90 % des femmes n'éprouveraient aucun plaisir particulier lors de la stimulation de cette zone vaginale. Chez les autres, l'effet peut aller d'une sensation agréable à un véritable orgasme. Pas la peine donc de s'obstiner au même endroit si la caresse laisse votre partenaire de marbre.

Jouir ensemble, c'est le nirvana
C'est surtout très rare. Seuls 10 % des couples parviennent à l'orgasme « en même temps ». L'orgasme simultané n'est d'ailleurs absolument pas nécessaire à une vie sexuelle épanouie, riche et intense. À force de vouloir y arriver à tout prix, on risque bien d'ailleurs de finir par ne pas avoir d'orgasme du tout.

Plus on vieillit moins on a de plaisir
C'est faux. Le désir, et donc l'envie de faire des galipettes, peut diminuer avec l'âge, mais le plaisir a tendance à augmenter. On connaît mieux son corps et celui de son (ou de ses) partenaire, ses envies, ses fantasmes, ses limites aussi. Du coup on jouit souvent mieux, plus souvent et plus intensément. C'est vrai aussi pour les couples qui sont depuis longtemps ensemble.

Elles ne pensent qu'à ça !
Les hommes, c'est bien connu, sont obsédés par la chose. Mais est-ce bien certain ? Selon certaines études, les femmes montrent en moyenne le même appétit sexuel que les hommes, même si elles possèdent de la sexualité une vision moins physique qu'eux. Contrairement aux idées reçues aussi, les filles matent autant si pas plus que les garçons. C'est ce qu'ont découvert des chercheurs du Centre des neurosciences du comportement d'Atlanta (Etats-Unis) après avoir observé les réactions d'un groupe d'hommes et de femmes devant des images érotiques. Et cela à l'aide d'un équipement capable de traquer le moindre regard et sa direction. Résultat : les femmes ont tendance à regarder d'abord le corps des hommes avant leur visage. C'est le contraire pour les messieurs ! Plus étonnant, elles regardent avec autant d'insistance les attributs sexuels que leurs compagnons ! Allez, les filles, avouez-le maintenant : c'est vous qui ne pensez qu'à ça !

08:37 Écrit par Premierefois dans Hors sujets principaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.