03/03/2008

Dernier verre

Ce n’est pas une banale interrogation. C’est presque une question métaphysique : faut-il dire oui au quasi inconnu qui vous propose de monter boire un dernier verre chez lui ? Car du verre au lit, il n’y a souvent qu’un tout petit pas.

La soirée a été bonne, le repas délicieux, le tête à tête romantique à souhait, vous avez beaucoup ri, beaucoup échangé. Bref, il vous plaît, un peu, beaucoup… Viennent le moment de se quitter et celui de l’angoissante question : « Je couche avec lui ou pas ? ». Nous disons lui, car cette question semble surtout se poser aux femmes, les hommes étant selon la sagesse populaire, toujours partants pour aller le boire, ce dernier verre. C’est faux, bien sûr. Est-il cependant si fréquent de se retrouver au lit avec quelqu’un qu’on connaît depuis deux heures à peine ? Si on se fie aux sondages menés par une célèbre marque de préservatifs (Durex Global sex survey 2002), 17 % des personnes interrogées disent passer à l’acte dès la première nuit ! Plus d’un tiers des Norvégiens déclarent même faire l’amour à la première rencontre, contre seulement 9 % en Belgique et 15 % en Espagne. Faut-il suivre dès lors l’exemple des Scandinaves ? Voici en tout cas un petit tour d’horizon des arguments pour et contre.

Ah non !

Pervers, maniaque sexuel, tueur en série… on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Soit dit en passant, le fameux Landru était un grand charmeur plein d’humour. Mais avec lui, la première fois était aussi la dernière.

Dire oui au premier rencart, c’est bon pour les filles dites faciles, pour employer un doux euphémisme.

Les aventures d’un soir sont souvent sans lendemain, c’est même d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît.

C’est bien plus agréable de faire durer le plaisir. Rien de tel que l’insupportable attente pour aiguiser les sens et se faire désirer. La séduction, ça prend du temps.

Oui, oh oui !

Le coup d’un soir, ça existe aussi pour les filles. On n’est plus au moyen âge.

Un « mauvais coup » en reste toujours un après une semaine ou un mois. On a juste un peu plus de temps pour s’en apercevoir, et encore pas sûr.

Pourquoi remettre au deuxième rendez-vous ce qu’on peut très bien faire au premier ?

Les tribunaux sont pleins de gens qui ont patiemment attendu avant de faire l’amour.

Des madones et des salauds

Vous n’êtes pas plus avancés ? Ne comptez pas en tout cas pas sur la science pour vous dire s’il est moral ou non de céder aux avances d’un ou d’une belle inconnue. Par contre, elle peut nous en dire plus sur les comportements amoureux des femmes et des hommes. La psychologie évolutionniste nous apprend par exemple que chaque sexe à ses stratégies pour trouver un partenaire. Les femmes oscilleraient ainsi entre une stratégie basée sur la frivolité et la séduction, et une autre basée sur le sérieux et la fidélité. C’est la fameuse opposition entre la « putain » (pas au sens vénal du terme) et la « madone », la femme respectable. Les hommes classent d’ailleurs facilement les femmes dans l’une ou l’autre catégorie. Et on sait parfaitement que s’ils convoitent généralement les premières, et couchent volontiers avec elles, les hommes finissent en général pas épouser les secondes… notamment parce qu’ils n’ont pas envie d’être cocus ! Il existe d’ailleurs l’équivalent de ces deux catégories pour les mâles, à savoir, nous dit encore la psychologie évolutionniste, la dichotomie « dad » (papa, homme sérieux) et « cad » (mufle, salaud). À noter tout de même que, dans la réalité, le comportement des femmes et des hommes n’est pas aussi catégorique, il évolue souvent de l’un à l’autre, dépend beaucoup des circonstances, de la magie du moment, de l’éducation que l’on a reçue et parfois du nombre de verres que l’on vient d’ingurgiter.

Quoi qu’il en soit, le coup d’un soir, c’est un peu comme une tombola, on peut parfois tirer le gros lot, mais on se retrouve le plus souvent avec un lot de consolation, voire avec une horreur en véritable imitation plastique.

 

10:03 Écrit par Premierefois dans Hors sujets principaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.