09/03/2008

Sex shopping

Gadgets à l'utilité parfois douteuse, inventions bizarres, l'érotisme a son lot de curiosités farfelues. Petit florilège.

Comment faire croire qu'on est blonde, si on ne l'est pas complètement ? Lisez, pas blonde partout. Au moment crucial du déshabillage, ce détail peut en effet ruiner les meilleurs efforts de séduction. Pas de panique, on trouve maintenant sur le marché des teintures spéciales pour toison pubienne qui permettent d'être une vraie blonde jusqu'au bout des poils, voire de masquer les premiers poils blancs. Pas seulement blonde d'ailleurs, car ces teintures existent aussi en version châtain, noir, auburn, cuivré et même rose ! Bien que destinées de prime abord aux femmes, elles peuvent aussi être utilisées, sans risques, par les messieurs. Pourquoi cependant se limiter à la teinture ? Jamais en panne d'imagination, certains fabricants proposent ainsi d'alléchants (et à lécher) sex-gloss parfumés à la papaye ou à la framboise, pour des lèvres vaginales aussi gourmandes que pulpeuses. À moins que vous ne soyez tenté par ce parfum pudiquement baptisé « Vulva original ». Particularité : il reproduit les effluves intimes d'une femme désirable et débordante de plaisir. C'est du moins ce qu'affirment ses promoteurs, qui visent autant un public d'hommes que de femmes. Pour les femmes, on conseillera aussi le duplicateur de pénis, un petit kit simple d'emploi qui permet de réaliser rapidement un moulage en silicone et grandeur nature de leur sexe masculin préféré.

Le kit convient pour toutes les tailles de pénis. Pratique quand monsieur est souvent en voyage d'affaires !

Serial jouisseur

Il y a cependant beaucoup plus déjanté. Prenez par exemple le « Pussy snorkel ». Ce dérivé coquin du bon vieux tuba s'adresse spécifiquement aux fans de cunnilingus qui ont envie de prolonger leur caresse préférée sans risquer pour autant l'apoplexie. Visuellement, la chose est composée de deux tuyaux placés au-dessus de la tête et reliés à un embout. Une fois adapté sur le nez, le « Pussy snorkel » permet de respirer tranquillement en pleine action sans devoir faire de pauses. Atout supplémentaire, on peut l'utiliser dans une baignoire, un spa ou à la mer, à condition de ne pas plonger trop profond. Dans le même registre, on notera le « Oral sex helper ». Ce curieux dispositif en silicone est muni d'un astucieux petit vibreur qui se place tantôt sous ou sur la langue, tantôt entre les lèvres. Selon le fabricant, il transforme l'amant le plus paresseux ou le moins inventif en serial jouisseur ! L'objet est en tout cas susceptible d'être utilisé pour stimuler le clitoris, les lèvres vaginales, le pénis, le scrotum ou encore les seins.

Dessous à croquer

Dans la fougue de l'instant, certains hommes aiment déchirer à belles dents le string de leur bien aimée. Diablement excitant, mais un string, ça coûte cher et ça n'a pas nécessairement bon goût. Avec les dessous en bonbons à croquer, plus de soucis. Multicolores et délicieusement sucrés, ils permettent de concrétiser l'expression : chérie tu es à croquer ! Existe aussi en version soutien-gorge et porte-jarretelles. Diabétiques, s'abstenir.

Des seins au bassin

Il y avait déjà le monokini à la plage. Voici bientôt venir les piscines seins nus admis. C'est en tout cas la revendication d'une cinquantaine de militantes suédoises. Ces dames ne voient pas pourquoi les hommes seraient autorisés à se baigner sans haut et pas elles. Au nom de l'égalité, elles réclament donc le droit de nager topless à la piscine. Elles ont même lancé un mouvement baptisé « Juste des seins » (Bara Bröst, en suédois) ainsi qu'un blog. Toutes leurs tentatives de se rendre dans des piscines les seins nus se sont cependant jusqu'ici soldées par un échec, les règlements interdisant ce genre de pratique. Mais elles ne désespèrent pas de faire changer les mentalités et ont d'ailleurs lancé une pétition sur Internet. Le monokini à la piscine, nous on est contre, tout contre !
http://barabrost.blogg.se/

 

11:15 Écrit par Premierefois dans Sex Toys | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.